Le balai a longtemps été un symbole du ménage, un symbole de propreté et de confort dans la maison, l’éliminateur de toutes les épreuves et difficultés.

L’énergie du balai de sorcière vise à vous nettoyer, vous et votre maison, de la négativité, à protéger l’espace.

Afin d’apporter, calme et tranquillité à votre intérieur.

Car pour les chamans et donc les sorcières, le balai sert à nettoyer mais aussi à purifier les lieux sacrés.

Selon la tradition, cet instrument enchanté confère aux sorcières le pouvoir de voler qui symbolise tout simplement, la séparation du Corps et de l’Esprit.

Les essences de bois utilisées ont d’ailleurs une signification chamanique.

 Le manche en frêne représente l’air

Les liens qui fixent la brosse au manche sont en saule, en hommage à la lune et au brouillard,

Les brindilles sont en bouleau, un bois sacré, pour Notre Mère Pachamama.

Quant au manche, il est enduit d’onguent d’herbes sacrées et plantes sacrées pour permettre le voyage de l’esprit.

Cet onguent, contenait entre autres, de la stramoine, de la mandragore, de la belladone, de la ciguë et de seigle.

Pour nous les Chamans Amérindien, un balai s’attache au lieu qu’il nettoie, c’est pourquoi lors d’un déménagement nous n’emmenons jamais le balai

Or le balai permet symboliquement de chasser les mauvaises pensées de l’égo : la cupidité, l’avarice et la colère sont à balayer en priorité.

En sanskrit, le mot connaissance employé dans le sens qui nous intéresse s’écrit Lakshmi et le mot égo s’écrit Alakshmi.

Lakshmi et Alakshmi sont deux sœurs divines.

La seconde est l’opposée de la première, cette dernière étant la déesse de la prospérité et de la chance.

Lakshmi symbolise l’abondance et l’épouse au foyer

On vénère cette déesse souvent sous la forme d’un balai car en sanskrit, le balai vardhanī signifie « qui croit, qui prospère » tandis que l’autre mot qui le désigne Śodhanī dérive de Śodhana signifiant « nettoyer, purifier ».

L’origine du mythe vient de la Dame Percht.

Avant Noël, on passait le balai dans toute la maison pour qu’elle bénisse la nourriture et la boisson.

La Dame Percht fut diabolisée et considérée comme une sorcière par l’église au Moyen Âge, donnant naissance au mythe de la sorcière avec son balai.

Les deux petits dessins montrent deux femmes, l’une s’envolant sur un bâton, l’autre sur un balai et se situent à côté d’un passage où Le Franc fait un aparté à propos de la sorcellerie au milieu d’un poème faisant l’éloge des femmes.

Le balai est devenu à la fois un symbole de leur émancipation des tâches ménagères dévolues aux femmes en s’envolant et par son aspect phallique de leur liberté sexuelle

J’ai créé une magnifique page Facebook pour Divinaroma. Abonnez-vous et partagez aux personnes de votre entourage les articles qui résonnent le plus pour vous.

Si vous désirez avoir plus de renseignements n’hésitez pas à me contacter : contact@divinaroma.fr

Belle journée à Tous

Inès

1 Commentaire

  1. Super intéressant Merci

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.